Les gazons « puits de carbone »

Une étude brevetée réalisée par un laboratoire indépendant évalue la capacité de séquestration du carbone des principales espèces à gazon (ray-grass anglais, agrostides, fétuques, pâturins).

 

Le gazon séquestre le carbone

Cette étude a démontré que le carbone est stocké et transformé au niveau du système racinaire des plantes de gazon. 

Ainsi, la fétuque rouge gazonnante est l’espèce qui séquestre le plus de carbone, environ 3 fois plus que la moyenne des autres espèces.

 

Pour chaque mélange, nous pouvons estimer la capacité de séquestration en carbone du gazon.

 

Diminuer l'empreinte carbone avec le gazon

Pour agir en faveur de l’environnement, deux solutions : diminuer votre empreinte carbone (performances de production, systèmes d’entretien) mais aussi augmenter la séquestration du carbone par le choix des espèces les plus performantes. Le semis de mélanges de gazon plus écologiques crée de véritables « puits de carbone » au travers de vos engazonnements.

Les gazons : des "puits de carbone"