e
Date de publication
21 .août.2018

Pelouses en mauvais état : pas toutes...

Canicule, champignons, nos pelouses de Ligue 1 et de Ligue 2 sont mises à mal... Partis de ce constat, il faut savoir analyser pourquoi. Quelques explications par Jean-Marc Lecourt, président de la SFG - Société Française des Gazons.

Pyricularia, le champignon favorisé en été

En cette période de reprise de championnat, de nombreux joueurs, entraîneurs ou fans de football se plaignent de la mauvaise qualité des pelouses françaises. Le principal problème de ces dernières semaines est lié à un champignon, apparu depuis quelques années, dont le développement est favorisé par la chaleur et l’humidité : le Pyricularia.

La canicule de ces dernières semaines a en effet favorisé son développement sur de nombreux terrains en France. La chaleur, l’humidité issue de l’arrosage et l’excès d’azote sont autant d’alliés du champignon. « Les fortes chaleurs ont déjà tendance à nuire à l'enracinement. Par ailleurs, l'humidité combinée à la chaleur et au fort apport d'azote ne fait que renforcer le champignon. », commente Jean-Marc Lecourt, Président de la SFG - Société Française des Gazons. Les solutions curatives disponibles sur le marché manquent d’efficacité, il faut privilégier les solutions préventives et réagir rapidement à l'apparition de la maladie pour l'enrayer.

De gros progrès en termes de qualité du terrain ont été faits depuis quelques années avec les pelouses hybrides. Pour aller encore plus loin, une attention toute particulière doit être apportée au gazon et au terrain dans son ensemble.

Mettre le référent pelouse au centre du terrain

Pour avoir toutes les meilleures chances de réussite, le jardinier doit occuper une place centrale dans la gestion du terrain et dans la prise de décision.

« Les jardiniers doivent faire partie intégrante du staff des clubs. Ils ont la compétence pour anticiper et répondre à toutes les problématiques en matière de pelouse », confirme Jean-Marc Lecourt.

Notre savoir-faire de sélectionneur gazon nous donne les armes pour répondre aux attentes des gestionnaires de terrains. Pour mémoire, les gazons  « made in France » de DLF, sélectionnés aux Alleuds au sud d'Angers, se retrouvent déjà sur la plupart des terrains engazonnées dans le monde lors des plus grand événements sportifs mondiaux, notamment dans les stades russes il y a quelques semaines.

Des pelouses en difficulté, pas partout !

Conserver une pelouse de haut niveau toute l’année, en toutes saisons, est un exercice complexe.

« Mais il ne faut pas dire que les pelouses de Ligue 1 et de Ligue 2 ne sont pas au niveau, tempère Jean-Marc Lecourt. Certaines ont des problèmes, pas toutes. »

 

Quelques articles sur le sujet :

http://www.lepoint.fr/ligue-1/football-ligue-1-des-pelouses-a-l-agonie-18-08-2018-2244290_2393.php

https://rmcsport.bfmtv.com/football/canicule-champignons-pourquoi-les-pelouses-de-ligue-1-sont-en-aussi-mauvais-etat-1507460.html