e
Date de publication
11 .mai.2020

Sport et (dé)confinement ?

Bilan et perspectives de l'état d’entretien des gazons sportifs au travers de témoignages d'experts. Du haut niveau au terrain communal, comment les responsables d'entretien ont-ils "géré la crise"? Quelles perspectives de reprise de l'entretien et de la pratique en cette période de sortie de confinement ?

Terrain de rugby : maintenance dégradée

Christophe GESTAIN, Expert Pelouses LNR – Ligue Nationale de Rugby.

La LNR a diffusé à l’ensemble des clubs de France - Top14 et D2 - une note de recommandations invitant les gestionnaires des pelouses, qu’ils soient publics ou privés, à poursuivre l’entretien des terrains sous forme d’une maintenance dégradée pendant le confinement : tontes et fertilisation de base. Cela impliquait de réduire la fréquence donc de remonter la hauteur de tonte pour moins stresser le gazon.

Sur les terrains de haut niveau et les terrains d’honneur, beaucoup ont déjà anticipé les travaux de rénovation estivale. Comme les compétitions ne reprendront pas avant au mieux fin août, les opérations de rénovation des pelouses, habituellement observées pendant la trêve estivale, sont donc anticipées et de fait mieux valorisées.

Pour les terrains d’entraînement, les décisions des institutions footballistiques et rugbystiques sont attendues afin de connaître les modalités de sortie de confinement des sportifs et la reprise du jeu. Cela conditionne le mode opératoire d’intervention mécanique sur les substrats et le couvert végétal. Le protocole d’entretien d’inter-saison sera donc connu et diffusé aux clubs selon les décisions des prochains jours.

Quand c’est possible, on peut déjà anticiper par une gestion en rotation des terrains d’entraînement avec un programme classique : étrillage/défeutrage/carottage avec exportation/sablage spécifique/regarnissage ou plus complet avec un décompactage.

Hippodromes : reprise partielle des courses

Tristan Le Royer, Directeur Projet et Régions chez France Galop.

Les courses reprennent progressivement dès le 11 mai sur les hippodromes PREMIUM puis sur certains hippodromes PMH à partir du 17 mai. Des conditions de sécurité drastiques sont mises en place avec un huis clos renforcé devant répondre à un cahier des charges très strict (nombre très réduit d’accompagnants par cheval et d’organisateurs sur place).
Les hippodromes plus importants vont rouvrir en Ile-de-France et en régions, comme par exemple : Chantilly, Auteuil, Longchamp, Saint Cloud, Compiègne, Angers, Toulouse, Lyon, Strasbourg, Marseille…

Pendant le confinement, les préconisations de France Galop étaient de maintenir l’entretien des pistes et du gazon, et surtout à minima les tontes régulières.

Pour les petits hippodromes associatifs, entretenus par des bénévoles, pas de perspectives claires de réouverture, elle est espérée courant juillet selon un planning encore à élaborer. En attendant, « pas de courses, pas de jeu » donc pas de revenus. Ces hippodromes doivent donc maintenir un entretien de base engendrant un minimum de frais dans l’objectif d’être prêt pour la réouverture tant attendue. Dans ce contexte, la recommandation de France Galop est de maintenir l’entretien de base, uniquement les tontes, et de fertiliser si le produit était disponible en stock.

Les hippodromes plus structurés, ceux qui ouvrent dès maintenant, ont mis en place une organisation avec rotations d’équipes et poursuivent l’entretien des pistes et des obstacles. L’entretien du gazon suivait un programme plus proche de leur plan habituel de maintenance : tonte, arrosage, fertilisation, opérations mécaniques. Profitant de la fermeture des pistes, des sursemis ont été réalisés avec des mélanges à base de ray-grass 4n, particulièrement adaptés sur pistes d'hippodrome pour la résistance au piétinement et aux maladies.

Quel conseil pour le rattrapage des terrains laissés « à l’abandon » (arrêt des tontes) ?

"Sur les terrains qui n’ont pu, pour des raisons organisationnelles liées à la protection des personnes, être maintenus pour réguler la production de matière sèche, il est recommandé de ne pas se précipiter ! Il faut revenir progressivement à une hauteur du gazon adaptée à la pratique sportive. Là encore, il est essentiel de rappeler la nécessité de ne pas exporter plus de 1/3 de la masse foliaire lors des tontes. Les déchets produits doivent impérativement être collectés.
Enfin, un apport d’engrais reste un élément clé de performance et de rusticité du gazon avant les stress de l’été," selon Christophe Gestain

Pour tous les gazons, les mêmes consignes que ceux de nos experts (ci-dessus) sont à rappeler :

  • Reprendre les tontes régulières si elles ont été arrêtées,
  • Adapter la hauteur de tonte. Ne pas couper plus du tiers de la hauteur de la feuille. Que la tonte ait été arrêtée ou la hauteur de tonte relevée, dans les deux cas, abaisser progressiement pour revenir à la hauteur habituelle,
  • Défeutrer car un gazon plus haut a accumulé une grande quantité de déchets organique et de feutre. Il a continué à vivre !
  • Regarnir, après avoir scarifié, avec un mélange de gazon résistant au sec, c'est le moment avant l'arrivée de l'été. Privilégier les mélanges contenant des ray-grass 4n ou de la fétuque élevée.
  • Fertiliser, pour densifier, surtout sur un gazon qui a monté, cela pourrait faire apparaître des carences. La fertilisation aide le gazon à se densifier et s'enraciner, à s'adapter à l'évolution de votre maintenance et elle améliore la réussite du regarnissage.

Golf, c'est la reprise

Sur les parcours de golf, les greenkeepers se sont organisés et adaptés pour maintenir le haut niveau technique des gazons. Les parcours sont prêts à accueillir dès ce lundi 11 mai, les golfeurs puisqu'ils sont de nouveau autorisés à se rendre sur les parcours pour "pratiquer une activité sportive individuelle en plein air" dans le respect des mesures sanitaires.

Covid-19 et espaces verts

Côté gazons et terrains de sports dans les communes, Plante et Cité a mené une étude sur les "Impacts des mesures de gestion de la crise sanitaire sur les activités liées aux espaces verts et au paysage au sein des collectivités territoriales." 

Résultats complets à consulter sur le site de Plante & Cité.

Parmi les 5 activités en lien avec les espaces verts ayant été maintenues pendant le confinement figure la gestion des strates herbacées. Près d'un tiers de communes ont arrêté les tontes.

Les terrains de sport ont été relativement préservés et figurent parmi les espaces sur lequels les communes vont concentrer leurs efforts en priorité. Elles s'organisent pour reprendre ou redéployer leurs activités.